Objectifs du RMT
Thématiques du RMT :
Programme du RMT
Organisation du RMT
- Extranet -

Les coûts de production des animaux et produits animaux au stade agricole

Dans un contexte de gestion libérale et de marchés ouverts, la compétitivité par les coûts est un des axes décisifs de la durabilité des systèmes de production. Le RMT poursuivra un programme approfondi de comparaison des coûts de production entre différents pays.

Le coût de production se calcule selon des méthodes variées (mesures en élevages, construction de cas types, utilisation de références ou de données comptables, modélisation…) et à différentes échelles (atelier ou exploitation).

Les instituts techniques ont leurs propres évaluations des coûts en France (lait, viande bovine, porc, volailles, œuf, lapin, céréales…) et des autres critères de résultats (prix des facteurs, indices de productivité, marges…). Ils suivent des résultats pour d’autres pays et sont associés à des réseaux internationaux (IFCN, agribenchmark, INTERPIG…).

Le RMT comparera méthodes et sources d’information, permettant à chacun de parfaire son approche et de produire des résultats améliorés. Un rapport de synthèse comprenant une analyse méthodologique des dispositifs existants sera publié.

L’étude de la compétitivité-coût des élevages porte sur les structures des exploitations, leurs performances techniques, les prix des facteurs. L’accent sera mis sur les facteurs communs à différentes filières. L’absence de politiques intégrées au niveau européen et les différences d’interprétation d’un cadre communautaire commun, génèrent des écarts de compétitivité intra UE. Les standards sociaux élevés en Europe, couplés à des réglementations plus exigeantes en matière sanitaire, environnementale et de bien-être animal, ajoutent des écarts sur le marché mondial.

Une veille permettant de suivre ces évolutions sera mise en place.

L’économie de l’alimentation animale

L’aliment est un facteur de production important. Les marchés des matières premières constituent un contexte commun aux filières, mais les conditions d’approvisionnement varient entre types d’animaux (produits de l’exploitation, achat de matières premières ou d’aliment), ainsi que d’un pays à l’autre. Les marchés de l’aliment et de ses matières premières impactent la rentabilité de l’élevage, tout comme l’équilibre entre cultures et élevage.

Des changements durables (évolutions de la demande, développement de coproduits issus des biocarburants, évolutions réglementaires relatives à l’alimentation animale OGM, réintroduction des farines animales, interdiction d’additifs, évolution des coûts de transport…) peuvent modifier la compétitivité relative entre productions animales et entre bassins internationaux.

Sur le volet « alimentation animale », portant sur les conditions d’approvisionnement en matières premières et sur l’industrie, les partenaires du RMT confronteront leurs méthodes et leurs résultats pour renforcer leurs capacités d’observation et de prospective. Des spécialistes en économie des productions végétales (Arvalis, CETIOM, chercheurs spécialisés…) seront associés à ceux de l’économie de l’élevage.