Objectifs du RMT
Thématiques du RMT :
Programme du RMT
Organisation du RMT
- Extranet -

La volatilité des cours et les instruments de régulation

L’idée de l’instabilité des marchés agricoles revient à G. King - économiste du 18e siècle - et montre que les revenus agricoles varient inversement aux quantités produites. Ce phénomène est lié aux spécificités de l’offre et de la demande des produits agricoles. Tout d’abord, la demande globale de produits agricoles réagit peu aux variations de prix. Ensuite, la durée des cycles de production en agriculture génère un décalage entre la décision de produire et la vente sur le marché. Il en résulte que l’offre de produits agricoles est rigide à court terme : difficile de l’ajuster rapidement aux variations de prix, car la quantité offerte à un moment donné dépend de décisions prises antérieurement. En revanche, l’offre de chaque est très élastique à moyen terme : elle réagit fortement aux variations de prix d’un cycle de production à l’autre car il est relativement facile de changer de spéculations. Enfin, l’offre de produits agricoles disponible à un moment donné est incertaine car les résultats des décisions de production prises en début de cycle sont soumis à des aléas climatiques et sanitaires.

Ces quatre caractéristiques impliquent que des chocs d’offre de produits agricoles provoquent de fortes fluctuations de prix (source d’instabilité exogène). Elles induisent également que les producteurs doivent, lors de leurs décisions de production, anticiper les prix auxquels ils pourront vendre en fin de cycle. Des erreurs d’anticipation peuvent intervenir et s’auto-entretenir (source d’instabilité endogène).

La volatilité des prix agricoles est généralement néfaste pour la collectivité et avancée comme un argument justifiant l’intervention publique. Ce caractère négatif résulte de l’aversion au risque des producteurs agricoles qui les incite, en situation d’incertitude, à sous-investir dans leur activité par rapport à ce qu’ils auraient fait en situation de certitude. Le libre fonctionnement des marchés ne conduit pas, dans ce cas, à la situation optimale.

Jusqu’à récemment, les producteurs français et européens ne subissaient pas les fluctuations des prix des produits agricoles observées sur les marchés extérieurs car le système des prix garantis permettait de les amortir sur les marchés internes. Depuis 1992, les réformes successives de la PAC ont réduit le rôle stabilisateur du système des prix garantis et les producteurs sont à présent confrontés à des fluctuations de prix auxquelles ils n’étaient pas habitués. L’instabilité des prix est néanmoins un phénomène beaucoup moins étranger pour les producteurs de viande de monogastriques et d’œufs, dont les Organisations Communes de Marchés étaient moins régulatrices que celles des productions de ruminants. Elle concerne tout le champ des productions animales, comme les à-coups des marchés laitiers l’ont montré depuis trois ans.

L’objectif du RMT est triple. Il s’agit d’abord de caractériser la volatilité des prix sur les marchés des produits animaux en France, en Europe et chez nos principaux concurrents mondiaux. Il s’agit ensuite de partager des compétences et des connaissances afin de mieux connaître le comportement face au risque, voire de mesurer l’aversion au risque, des producteurs français de produits animaux. Enfin, il s’agit d’analyser et d’évaluer divers instruments de stabilisation des marchés et de gestion du risque, que ces instruments soient publics ou privés.

Outre ces analyses, le RMT se propose également de :